La Taranta

La “Taranta” fait référence tout d’abord à une tarentule, puis secondairement à une danse originaire des Pouilles dans le Sud de l’Italie qui est dansée suite à la “morsure” d’une tarentule. Aujourd’hui cette danse est nommée  pizzica pizzica .

Son nom est tiré de la “maladie” qui sévissait du 15ème au 17ème siècle, près de Tarente qui est située dans la région du Salento . On la croyait causée par la morsure d’une « tarentule ». Les “symptômes” (sorte d’hystérie convulsive) étaient alors soignés par de la musique (tambourin) et par une danse bien particulière: la tarentelle.

taranta image

Aujourd’hui,  son rôle thérapeutique s’est perdu, mais  cette tarentelle  se danse encore et  fait plus que jamais partie du patrimoine culturel de l’Italie du Sud. Elle s’exporte, à travers des concerts de groupes mondialement reconnus dans la world music, pour faire danser les foules du monde entier.

Bibliographie en français:

Bevilacqua Salvatore. Les métamorphoses du tarentisme : la patrimonialisation du « mal apulien ». Lausanne: Ed. Antipodes (thèse de doctorat, Université de Lausanne – SSP, 2007).

De Martino, Ernesto. La Terre du remords. Paris. 1999.

Gino L. Di Mitri, « Les Lumières de la transe. Approche historique du tarentisme », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/102

Lapassade, Georges.  Essai sur la transe. Paris : Éditions Universitaires Jean-Pierre Delarge.1976